L'entrepreneuse heureuse

Le blog d'Eva Bachelard, entrepreneure & auteure

Père riche, père pauvre. Devenir riche ne s’apprend pas à l’école.

Père riche, père pauvre. Devenir riche ne s’apprend pas à l’école.

Ce livre de Robert T. Kiyosaki – Sharon L. Lechter est un best seller du New York Times. Pourquoi ? car l’écriture autobiographique et claire vous explique les principes pour devenir riche, même si vous partez de rien. L’instruction financière n’est pas enseignée à l’école. Vous l’apprenez à travers l’éducation de vos parents et/ou dans les livres et programmes. Ce livre est un livre de référence pour dépasser nos croyances sur l’argent et pour devenir riche!
Robert T. Kiyosaki nous explique dans ce livre pourquoi vous devez dépasser le schéma emploi contre argent si vous voulez devenir riche. Le schéma « emploi contre argent » est celui du salarié bien sûr, mais aussi de l’entrepreneur qui vend ses heures de travail contre de l’argent. L’auteur conseille et explique comment investir dans des actifs pour devenir riche en se créant un revenu plus pérenne qu’un emploi.
En tant que parent et entrepreneur, je vous conseille ce livre inspirant. Voici un court résumé de « Père riche, père pauvre » et ma critique du livre !
Le livre est découpé en plusieurs leçons. A travers les yeux de l’auteur enfant qui reçoit l’enseignement du domaine financier de son père (« père pauvre ») et du père d’un ami (son « père riche »), Robert T. Kiyosaki nous explique quelques enseignements qui résonneront chez l’entrepreneur et … les parents.
En effet, notre monde connaît un bouleversement et la valeur « travail contre argent grâce au CDI à vie » apparaît obsolète. Nous savons que le « travaille bien à l’école pour faire de bonnes études pour avoir un bon travail » n’est plus vrai. Entre le chômage des sur-diplômés et des jeunes sortant de l’école et la « flexibilité » croissante du monde du travail, il peut être pertinent d’ouvrir d’autres horizons à nos enfants. Ce livre vient aussi en résonance de La semaine de 4 heures de Tim Ferriss (voir mon article sur ce livre).

 

Faire travailler l’argent pour devenir riche et ne plus travailler pour (de) l’argent

La première leçon ne vous apprendra rien de nouveau si vous avez déjà lu ce type de livres et réfléchi à la réalité économique. Le concept est simple, mais il est pertinent de le rappeler en introduction : « Les pauvres et la classe moyenne travaillent pour l’argent. Les riches font en sorte que l’argent travaille pour eux ».
En effet, comme Tim Ferriss avec la semaine de 4 heures, si l’on échange notre temps contre de l’argent, on doit travailler plus pour… ne pas gagner beaucoup plus. Faire travailler l’argent pour soi, en ayant une entreprise, une « muse » (*Tim Ferriss – une activité qui génère de l’argent sans que l’on ait besoin de trop s’en occuper) permet de gagner plus et… réinvestir l’argent et devenir plus riche.
Notre rapport à l’argent, la peur de manquer, le fait d’accuser le monde extérieur de nos échecs vont aussi influencer notre réussite.

La peur va nous pousser à choisir une solution court terme pour répondre à cette peur : temps contre argent, « grâce à » un salaire ou des prestations.
Quand on investit, quand on crée son entreprise, on travaille gratuitement ou à perte au début. On tente de créer des produits ou des services en observant autour de nous les besoins de nos clients.

Selon Robert T. Kiyosaki, n e pas avoir peur de perdre de l’argent et ne pas craindre les risques sont l’état d’esprit dans lequel vous devez vous mettre pour dépasser le schéma du salariat. Car il faut prendre des risques (mesurés) pour devenir riche.

Acquérir une instruction financière pour gérer son argent et investir de façon intelligente

La deuxième leçon, c’est que la comptabilité et la gestion ne sont pas réservées aux experts comptables et financiers. De façon très didactique, l’auteur explique les principes de l’actif et le passif. Et même les allergiques à la compta (et j’en croise tous les jours) n’auront pas l’impression d’en lire.
Alors, en quelques mots : L’actif rapporte des revenus. Le passif coûte.
Et voici quelques exemples qui vont vous interpeller car ils viennent en contradiction avec la plupart de nos croyances : la maison ou l’appartement, la voiture que l’on achète sont des éléments de passif ! Donc là, c’est l’opposé de la comptabilité puisqu’en comptabilité ce sont des éléments d’actif. Mais c’est une réalité économique sur laquelle l’auteur insiste !!
Est-ce que votre voiture vous rapporte de l’argent ? (si vous n’êtes pas taxi ou si vous ne faîtes pas des courses avec Uber ou Blablacar…) La réponse est : non. Entre l’assurance, la décote chaque année, ma voiture me coûte de l’argent, donc c’est du passif. Alors qu’un actif comme des actions ou obligations vont me rapporter de l’argent à travers les dividendes et la valorisation si j’ai bien investi.
Le principe expliqué dans le livre « Père riche, Père pauvre » est simple : achetez des éléments d’actifs qui vous généreront progressivement des revenus supérieurs et plus pérennes qu’un emploi.
Une autre idée au passage : épargner est mettre sur un PEL est un bon début, mais ne permettra pas de sortir du schéma emploi-argent. En effet, les revenus générés par les PEL et ce type de placements sont trop faibles (car pas risqués…).

L’auteur insiste – à juste titre – sur l’importance d’avoir une culture financière pour devenir riche.
L’auteur pose aussi une idée de richesse relative intéressante : la richesse se mesure en nombre de jours pendant lesquels on peut ne pas travailler tout en gardant son train de vie…

Plutôt que de gravir les échelons de l’échelle dans votre entreprise, possédez l’échelle!

La troisième leçon est « occupez-vous de vos propres affaires » pour devenir riche. Travaillez pour vous, et non pour votre patron ou le gouvernement (avec les impôts). Evitez les crédits, achetez des produits de luxe quand vous pouvez vous le permettre et pas seulement quand vous vous ennuyez ou quand vous avez l’argent sur votre compte…
La quatrième leçon est sur l’histoire des taxes et le pouvoir des entreprises aux Etats-Unis. L’auteur, dans cette courte leçon, encourage le lecteur à créer son entreprise. Avec cette métaphore qui vous fera sourire, plutôt que gravir les échelons de l’échelle dans une entreprise, possédez l’échelle !
La cinquième leçon s’intitule « les riches engendrent l’argent », la sixième « travaillez pour apprendre, ne travaillez pas pour l’argent ». Par de nombreux exemples, l’auteur convainc que l’argent peut être à votre service si vous appliquez les principes qu’il décrit et si vous osez vous lancer.
Et enfin, le livre se clôture sur « comment surmonter les obstacles » et « lancez-vous.» avec des conseils concrets. Certains résonneront avec certaines de vos lectures comme le livre « Réfléchissez et devenez riche » de Napoleon Hill (article à venir de ce livre référence !).

Par exemple, l’auteur vous conseille de savoir ce que vous voulez (avoir un but, « une raison plus grande que nature »). Vous avez le pouvoir de choisir quotidiennement (regarder de la téléréalité à la télévision ou lire un livre pour devenir riche ou pour lancer votre activité ?), payez-vous en premier, choisissez vos amis prudemment (le pouvoir de l’association ou du cerveau collectif!)…

Non pas qu’il faille choisir que des amis riches, mais apprenez le meilleur de vos amis. Un exemple ? Ne prenez pas de conseil financier de gens qui n’investissent pas!

Ce que j’ai aimé dans « Père riche, Père pauvre »

Le livre se lit très facilement. Le choix d’écriture autobiographique et le style d’écriture rendent la présentation des concepts facile à appréhender et très digeste.
Positif, mélangeant autobiographie et exemples de l’entourage de l’auteur, c’est ce genre de livres qui redonne de la motivation pour changer nos sources de revenus et devenir riche.

Oser et s’entourer de gens qui sont dans le même cercle vertueux sont les deux clés de votre réussite.

Certaines des leçons ou conseils de ce livre iront probablement à l’encontre de ce que vous pensez. Certaines choses peuvent déranger, comme la « maison-passif ». Et oui, selon Robert T Kiyosaki, la maison dans laquelle vous vivez, coûte et ne vous rapporte pas : c’est donc un passif. Et pourtant, je l’ai trouvé pertinent… un livre que je vais sûrement rouvrir régulièrement car inspirant.

Ce que je n’ai pas aimé

Le texte original est abominable tout comme la traduction (pour le marché québecois ?)… des tournures si peu françaises… heureusement que le style d’écriture est direct et avec peu de fioritures ! J’y vais un peu fort sur le « abominable », mais il y a des phrases qui valent leur pesant de pistaches ! En voici une piochée au hasard: « Mon comptable et mon teneur de livres poussèrent des cris de panique ». Petit espoir, l’édition en vente sur Amazon est de 2015 et j’avais acheté celle de 2011. Peut-être que la traduction de l’édition 2015 est de meilleure facture! Mais ce livre best-seller est mal écrit…

En conclusion, l’auteur rappelle que nous savons souvent quoi faire, où trouver l’information sur le comment, et que ce qu’il nous manque, c’est de passer à l’action. Car cela relève de notre discipline personnelle et nous avons vite fait de repartir dans nos mauvaises habitudes.
L’action surpasse toujours l’inaction. A vous de jouer !

Pour acheter la dernière version sur Amazon, lien :

*Lien affilié : Je peux recevoir une petite commission quand vous achetez un produit au site Amazon en cliquant sur ce lien. Cela n’augmente pas votre prix d’achat du produit et m’aide à vous offrir tout le contenu gratuit de ce blog.

Saisissez votre commentaire...

%d blogueurs aiment cette page :