fbpx

Pourquoi je n’arrivais pas à atteindre la liberté financière…

Pourquoi je n’arrivais pas à atteindre la liberté financière…

Après avoir travaillé pendant des journées à rallonge comme salariée, puis à mon compte, j’aspire à retrouver un rythme de vie plus serein, tout en gagnant ma vie correctement.

J’ai suivi des formations en ligne pour vivre de sa passion, de son blog, ou que sais-je, espérant atteindre cette liberté financière.

J’ai surtout connu des échecs… Et voici pourquoi.

La liberté financière, mais encore ?

Chacun peut avoir son interprétation de la liberté financière.

Pour l’un, ce sera d’être à son compte, travaillant 80 heures par semaine, mais n’ayant plus de patron. Pour l’autre, ce sera la retraite dorée avant l’heure, la rente sans travailler du tout…

L’un veut gagner 2000 Euros par mois, l’autre veut encaisser des dizaines de milliers d’euros par mois.

Puisque je vous parle de mon cheminement vers la liberté financière, je vais vous parler de ma vision, de mes objectifs.

Pour moi, la liberté financière, c’est :

  • gagner de l’argent en automatique / en revenus passifs en décoréllant argent gagné / temps de travail. Tim Ferriss en parle dans son best-seller « La semaine de 4 heures » : travailler seulement 4 heures par semaine grâce à un système en « pilote automatique » qui vous permet de gagner un revenu suffisant pour vivre (Si vous n’avez pas encore lu ce livre, courez acheter « La semaine de 4 heures« , un must-have dans votre bibliothèque d’entrepreneur !)
  • avoir plus de temps pour soi, sa famille, ses loisirs/ passions. Gagner en qualité de vie.
  • ne plus échanger son temps contre de l’argent : arrêter d’être l’entrepreneur qui travaille 80 heures sans patron pour éviter de revivre les 35 heures avec un patron… en gagnant moins qu’un salarié…
  • avoir de la visibilité financière : les revenus passifs tombent et je peux créer de nouveaux projets en pilote automatique. Je peux avoir une diversification des revenus, contrairement au « temps contre argent » où les clients peuvent se faire rare, où je peux tomber malade…
  • gagner de quoi vivre : déjà à 2000 Euros par mois, c’est un objectif satisfaisant pour moi ! 

Pourquoi je prenais le mauvais chemin dans cette quête de liberté financière

Je crois que j’ai été dans cette conjonction où je croulais sous le travail, où je galérais sans arriver à vivre correctement de mon activité, où j’étais frustrée de ne pas y arriver et où le mirage de l’argent facile / « revenus passifs » m’a attiré comme le papillon de nuit est attiré par la flamme…

Et cette liberté financière m’attirait pour toutes les bonnes raisons que j’ai évoquées en début d’article : la liberté, plus de stress financier, de la respiration dans ma vie… Tout ce qui me faisait défaut.

Intérieurement, j’avais encore des croyances sur l’argent en décalage avec cette aspiration de liberté financière.

Fille de profs et petite-fille de cheminot, j’ai baigné dans des croyances comme : « Travailler c’est normal. » – « Finis ton assiette cela fait riche de laisser. » – « La retraite est la récompense d’une (longue) vie de travail. » – « Il ne faut pas faire riche »

Comprenant que j’étais mon meilleur ennemi dans cette aspiration de liberté financière, j’ai travaillé sur mon inconscient avec l’aide de thérapeutes (hypnothérapie notamment) pour reprogrammer mon cerveau et mon inconscient, m’autoriser à réussir financièrement et à défaire le noeud gordien entre travail et argent.

L’Autre avant la liberté financière

En analysant mes échecs à atteindre la liberté financière, j’ai aussi compris que :

  • L’argent que je veux recevoir n’est pas magique. Quelqu’un me paie. Pour atteindre la liberté financière, je dois offrir de la valeur à l’autre.
  • La liberté financière est la conséquence des services / produits que j’offre à l’autre. A l’Autre. La liberté financière n’est pas le commencement !!
  • Commencer par la liberté financière me fait focaliser sur moi. Et me fait oublier l’Autre. L’argent n’est pas un but en soi (pour moi).
  • La liberté financière, c’est une histoire d’argent. Et je ne suis pas capable de travailler longtemps et correctement juste pour de l’argent : je ne donne pas le meilleur de moi !

Un produit « éligible » à la liberté financière est la corrélation d’au moins deux qualités :

  • un service (produit) qui a de la valeur pour l’Autre qui me paie pour ce service,
  • un service / produit qui n’a pas besoin de temps humain (de mon temps). C’est un service / produit en ever-green / dématérialisé ou sous-traité : formation en ligne, produit où tout est sous-traité, CDs, livres…

Un entrepreneur « éligible » à la liberté financière :

  • s’autorise au plus profond de son inconscient à gagner de l’argent sans trop travailler !
  • gagne de l’argent en « pilote automatique » en étant aligné sur ses valeurs, sur ses dons et sur sa mission de vie.

Pourquoi ? Car vous vous amusez, vous vous faîtes plaisir, vous acceptez d’échouer et vous avez l’énergie de recommencer. L’argent que vous gagnez est ce que vous recevez de vos clients car vous leur apportez de la valeur. Et cela donne du sens à votre vie.

Les vendeurs de liberté financière

Certains vendeurs de formations pour gagner des milliers d’euros en moins de 6 mois ont bien compris le filon : beaucoup d’entrepreneurs ou de salariés/ chômeurs souffrent de ne pas gagner correctement leur vie, malgré les heures de travail. Ils souffrent de ne pas s’épanouir, d’avoir un travail sans sens pour eux. Ils se sentent devenir des zombis…

Je ne remets pas en cause le contenu de la formation : ce sont toujours les mêmes schémas de blogging, ventes par Facebook ou autres. Les prix diffèrent, les formations sont de qualité plus ou moins bonne.

La dimension ‘développement personnel’ est rarement abordée : vos croyances sur l’argent, votre mission de vie, vos envies et votre vie rêvée… Ou alors le sujet est survolé. Parce que c’est une dimension complexe, passionnante et qu’une vie ne permet pas de traiter entièrement !

Si un jour vous êtes tenté par ces formations, posez-vous. Réfléchissez à ce qui vous fait vibrer, à votre mission de vie, à ce que vous souhaitez apporter à l’Autre.

Réfléchissez à la vie que vous souhaitez avoir. Est-ce que cela vous ressemble de travailler devant un ordinateur 4 heures par semaine ? Avez-vous besoin de contact ?

Il y a beaucoup de retraités déprimés : ils ont de bonnes retraites, mais ils n’ont pas su donner du sens à leur vie et une fois la retraite arrivée, ils se sentent inutiles et dépriment.

Vous vous empêcherez probablement de faire quelque chose qui n’est pas aligné, juste pour gagner votre liberté financière.

La liberté financière n’est pas un but en soi, c’est une modalité de notre réalisation de soi.

4 Comments
  • Naze Estelle
    Posted at 05:27h, 06 mars Répondre

    Super article! Je me suis reconnu dans ce texte! Actuellement je travaille plus de 80h/sem à mon compte et les revenus attendus sont loin de mes attentes.

    Je comprend mieux déjà que je dois travailler sur mes croyances limitantes et sur ma mission de vie! Mille Merci cet article tombe au bon moment pour moi!

    • evabachelard
      Posted at 11:40h, 14 mars Répondre

      Merci Estelle pour votre retour !!
      C’est vrai qu’au début, on croit qu’on n’en fait pas assez, ou que l’on n’a pas la bonne stratégie. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg !!
      Je vous souhaite de trouver votre chemin et votre mission de vie et de sortir vite de cette zone tellement inconfortable…

  • Yalolo
    Posted at 12:04h, 19 avril Répondre

    Bonjour,
    très bon article..ou en êtes vous dans votre cheminement pour atteindre l’indepenl’ind financière ? Pour moi être riche c’est avoir de quoi financer ses frais fixes grâce à de revenus passifs. Pour être tranquille financement en cas d’accident de la vie…

    • evabachelard
      Posted at 19:03h, 10 juillet Répondre

      Oui, bien d’accord avec vous : les frais fixes et une base pour vivre. C’est le premier palier… Je reviens vers vous avec un autre article un peu plus tard !

Saisissez votre commentaire...

%d blogueurs aiment cette page :