L'entrepreneuse heureuse

Le blog d'Eva Bachelard, entrepreneure & auteure

Qu’est-ce qu’un business plan ? A quoi ça sert ?

Qu’est-ce qu’un business plan ? A quoi ça sert ?

Un business plan, on vous en parle. Vous devez en avoir un.
Dans certaines activités et pour les personnes qui sont passées par les master gestion, école de commerce et aux licences, c’est é-vi-dent.
Donc ce billet s’adresse aux entrepreneurs qui connaissent un métier, mais ne sont pas (encore) des gestionnaires aguerris, rompus aux termes « BP » (business plan), ROI (return on investment) ou point mort. Attaquons le sujet !
Le business plan, c’est comment vous voyez votre activité se développer dans les trois prochaines années, et ce en chiffres.

Quand je vous dis ça, je veux dire que vous traduisez en chiffres les hypothèses raisonnables de développement de votre société.
Par conséquent, vous ne pouvez pas dire de façon raisonnable à une personne même compétente et pointue en business plan « fais moi un business plan ».  Car c’est la vision de votre entreprise, de votre marché, de votre développement commercial et des investissements humains et matériels qui vont se traduire dans votre business plan.

Demandez-lui de vous dessiner un mouton plutôt et on connaît la suite de l’histoire… ce n’est pas si simple.
Avant de rentrer dans le détail sur le comment, vous vous demandez encore pourquoi.

Pourquoi un business plan ? 5 raisons pour faire un business plan

Voici 5 raisons pour lesquelles vous allez à la fin de ce billet vous lancer dans la réalisation de votre Business Plan.
* pour savoir si vous allez ou non vous lancer dans votre projet de création d’entreprise = vos hypothèses économiques (prix de vente, marge…) sont-elles pertinentes ? est-ce que votre entreprise peut être viable déjà sur le papier ?
* pour parler de votre stratégie de développement si vous avez des associés. Cela permet de discuter concrètement et de l’écrire sur les choix stratégiques de votre future société.
* pour évaluer si vous avez besoin de trésorerie maintenant, dans 6 mois ou 1 an. Trop d’entrepreneurs échouent car ils/elles ont sous-évalué, voire n’ont pas évalué leur besoin de trésorerie.
* pour demander des subventions, du financement, pour ouvrir un compte bancaire et demander des lignes de trésorerie.
* pour vous fixer des objectifs réalistes et un peu ambitieux que vous pourrez regarder lors des moments de découragement et traversée du désert.

Pour rentrer en pépinière d’entreprise, j’ai du communiquer un business plan car le jury souhaitait s’assurer de la viabilité de l’entreprise.

Partir de votre activité, de votre développement prévu pour écrire le business plan

Si on reprend la « définition » en début d’article : pour traduire l’activité prévisionnelle en chiffres, il faut partir de comment vous voyez le développement de votre entreprise. Je ferai un article sur quelques clés pour vous aider sur la stratégie, l’analyse de votre secteur…

Les ventes : Quels produits ou prestations allez-vous vendre ? A quels clients ? Combien de clients le premier mois, deuxième mois etc ? Quel panier moyen ?
Les achats : produits revendus ou sous-traités, sous-traitance (aussi si vous avez une activité de prestations de service)
Les frais fixes et frais de démarrage : comptable, loyer, communication, dépôt des marques à l’INPI, etc.
Vos investissements : brevets, site e-commerce (à amortir sur un an), achats logiciels, PC, matériel, r&d, …

Le business plan à partir de ces éléments, va vous permettre de voir si vos revenus sont bien supérieurs à vos charges et frais, si le développement de l’activité nécessiterait un besoin en trésorerie*, si vous allez pouvoir vous payer à la hauteur de ce dont vous avez besoin pour vivre.

* Certaines activités en se développant, nécessitent de la trésorerie : quand vous payez vos frais et charges et vos productions avant d’encaisser l’argent de vos clients. C’est le fameux BFR ou besoin en fonds de roulement.

Sur combien de temps faire un business plan ?

On peut faire un business plan sur 5 ans, mais 3 ans, c’est déjà pas mal pour la grande majorité des activités.

Quelques conseils pour votre business plan

Pour les ventes, faîtes une hypothèse normale sans rêver et une hypothèse basse, vraiment basse.
L’hypothèse basse, c’est diviser votre hypothèse normale par 3 à 4 et retarder de 6 mois à 1 an le démarrage des ventes.
Faites chaque ligne de dépense sans penser aux moyens de débrouille qui vous permettront de réduire ces dépenses.
Rajoutez 5 à 10% de dépenses forfaitaires pour tous les petits imprévus, pas assez prévus.
Quand vous avez fini, regardez le résultat.
Ne bidouillez pas si vous vous rendez compte que vous avez besoin de trésorerie. Mieux vaut demander du financement au début que quand ça ne va pas et que vous en avez besoin dans l’urgence.

Faites revoir votre business plan par un expert

Les structures d’appui aux créateurs

Par exemple, les BGE, boutiques de gestion d’entreprise vont vous accompagner sur l’étude de votre projet, la définition de votre stratégie et le business plan.

L’expert-comptable pour revoir votre business plan

Un bon expert-comptable aura un regard au-delà du pur respect des règles comptables : il vous donnera aussi son retour sur la présentation, les points que le banquier regarde, les questions que le banquier va soulever et aura un regard critique sur votre business plan. Il peut vous accompagner chez les financeurs.

Attention cependant ! votre expert-comptable n’est pas le créateur de la société ou votre directeur financier : vous devez maîtriser les chiffres et être capable de répondre aux questions du banquier ou financeur. Sinon, votre manque d’intérêt et de maîtrise risque de faire peur au financeur. Prenez le temps de comprendre le fonctionnement général du Business plan et les grandes masses de chiffres.

Le business plan, ça ne sert à rien ?!

Quelques années plus tard, vous retomberez sur votre premier business plan. Et vous rigolerez !
Vous rigolerez car les chiffres prévisionnels ne sont pas du tout concrétisés comme prévu, car vous avez réorienté votre activité.
Mais vous allez passer quand même beaucoup de temps sur votre business plan, vous allez faire des dizaines et des dizaines de versions de votre plan d’affaires, surtout si vous cherchez du financement. Pour évaluer les ventes, vous chercherez en vain la bonne méthode, des conseils. Et finalement, vous prendrez rendez-vous chez Mme Irma qui lit dans le marc de café et sa boule de cristal.
Allez, courage ! Attaquez le sujet ! Si vous aimez l’action, le business plan risque de vous paraître un exercice fastidieux. Cependant, cela reste un moment important dans le cheminement de la création d’entreprise ou du lancement d’une nouvelle activité pour une entreprise existante. C’est un outil pour se dire : j’y vais ? ou pas ? ou … autrement ? en modifiant mon offre de vente, ma marge, ma cible client…

Comment faire un business plan ?

Il existe des modèles gratuits et payants sur internet.
Quelques pistes pour avoir un canevas de fichier excel ou un outil en ligne:

Pour votre business plan, un point important est les prévisions de Chiffre d’affaires. Lisez les articles sur l’étude de marché :

Comment faire une étude de marché ? Fixez vos objectifs

Deux pièges à éviter pour l’étude de marché

1 commentaire

  • Merci pour ces conseils. Je dirai néanmoins que le business plan ne doit pas servir à savoir si l’on se lance ou non (l’étude de marché éventuellement). Il doit servir à dire comment l’on va se lancer de manière rentable à court ou moyen terme. L’envie de se lancer ne doit pas être freinée par un business plan. Si l’on se rend compte lors de sa rédaction que l’on risque d’aller dans le mur, alors, il faut pivoter et changer de stratégie ou de business model. Le business plan ne doit pas décourager !

    Reply

Saisissez votre commentaire...

%d blogueurs aiment cette page :