fbpx

Faut-il acheter un nom de domaine ?

Faut-il acheter un nom de domaine ?

Lorsqu’on décide de commencer un blog, ou pour des petites entreprises, comme des artisans, on hésite à acheter un nom de domaine. Il est vrai qu’il existe des noms de domaine gratuits. Acheter un nom de domaine coûte moins de dix euros par an et présente plusieurs avantages, même pour un blog passe-temps ou un mini-site d’artisan.

Le nom de domaine, définition et référencement

Le nom de domaine, c’est l’adresse qui est saisie dans la barre du navigateur pour arriver sur votre site.

Les moteurs de recherche référencent le contenu de votre site avec cette adresse ou nom de domaine. On comprend dès lors pourquoi il est important de se poser la question d’avoir son propre nom de domaine : lorsqu’un site change de nom de domaine, il y a très souvent une perte du trafic et du référencement, même s’il y a des astuces et techniques pour rediriger le trafic vers le nouveau nom de domaine. De plus, les internautes se souviennent du premier nom de domaine…

Avoir son propre nom de domaine ?

acheter son nom de domaineUn nom de domaine en propre, comme entrepreneuse-heureuse.com, permet de choisir l’adresse saisie par l’internaute. Préférez un nom de domaine court et facile à retenir. Un nom de domaine en propre fait plus sérieux qu’un monsite.free.fr. Le coût est relativement limité (moins d’une dizaine d’euros par an pour un .fr ou un .com). A ce coût s’ajoute l’hébergement, dont le prix varie suivant votre besoin (à partir de quelques euros par mois pour un « petit site »). Il existe aussi des hébergements gratuits (qui n’ont souvent pas d’obligation de résultats en matière de continuité du service…).

Si vous lancez un blog avec la volonté de le monétiser à court ou moyen terme, un site e-commerce ou un site vitrine pour votre activité professionnelle, je pense qu’il est préférable de réserver votre propre nom de domaine.

Les noms de domaine gratuits

Les noms de domaine gratuits sont attribués par l’hébergeur. L’adresse est plus longue (monsite.free.fr par exemple). Comme je l’indiquais plus haut, si vous choisissez de changer d’hébergeur, vous perdez le nom de domaine, mais aussi une partie du trafic et du référencement que vous avez progressivement construits.

Acheter son nom de domaine

Vous pouvez acheter le nom de domaine auprès d’un registrar : ovh, gandi.net, … Le registrar est enregistré auprès de l’ICANN, un organisme qui coordonne l’attribution et les transferts de noms de domaine. Certains hébergeurs ne sont pas registrar : ils achètent et revendent les noms de domaine pour leurs clients.

Même si votre agence de communication vous propose de l’acheter, je vous conseille d’acheter votre nom de domaine vous-même. L’achat se fait en quelques clics.

Attention ! Certaines agences de communication ou développeurs achètent le nom de domaine…en leur nom. Lorsque le client souhaite changer de prestataire, le client découvre qu’il n’est pas propriétaire du nom de domaine. Il se retrouve bloqué et doit racheter le nom de domaine à son prestataire web qui peut lui faire payer le prix fort. Et la procédure de transfert peut être plus ou moins casse-pieds si vous n’avez pas choisi le même registrar que le propriétaire du nom de domaine.

Deux points d’attention avant d’acheter son nom de domaine

Domain squatting : achetez les extensions les plus courantes

Un domaine ne coûtant pas très cher, certaines personnes peu scrupuleuses achètent les extensions (.fr, .com, .org, .be…) de sites existants. Quand le site principal a du trafic, ils créent un site sur l’extension siteciblé.fr avec des liens et un contenu au mieux publicitaire, au pire porno pour profiter du référencement du site ciblé. Un internaute tapant le nom du site ciblé dans un moteur de recherche va voir apparaître des liens vers ce site pirate et peut cliquer dessus. L’image de votre site et de votre société peut se dégrader très rapidement.

C’est pour cela que je vous conseille d’acheter les extensions les plus courantes, en plus de celle sur laquelle vous allez héberger votre site. Et il est très facile de rediriger ces extensions vers le site principal. Ainsi un internaute qui saisit votresite.com dans la barre du navigateur se verra rediriger vers votresite.fr de façon transparente.

Attention au respect des marques et des sociétés

Ce n’est pas parce que l’on parle de site, de web, que l’on doit occulter le droit des marques et des noms des sociétés. Afin d’éviter tout litige, je vous conseille de choisir votre nom de domaine en vérifiant qu’il n’y a pas de marque avec ce même nom ou de société. Une recherche d’antériorité auprès de l’INPI coûte peu cher par rapport au temps passé à transférer votre site vers un autre nom de domaine et la perte de trafic.

Si vous envisagez de monétiser votre site d’une façon ou d’une autre (boutique en ligne, blog avec affiliation, billets sponsorisés), je pense que cela vaut le coup de se poser la question de déposer une marque auprès de l’INPI. Ce sont toujours des frais qui peuvent paraître importants lors du lancement du site (environ 200 euros), mais qui sont des investissements qui peuvent s’avérer payants en comparaison des risques de litiges. A vous de mesurer l’intérêt et de poser des questions à un juriste ou à l’INPI.

Je parle des marques et recherches d’antériorité dans ce billet « choisir un nom de marque, contrôle et antériorité » et en fin d’article, comment faire une recherche d’antériorité auprès de l’INPI pour 50 Eur.

No Comments

Saisissez votre commentaire...

%d blogueurs aiment cette page :