Créer son site internet est souvent un passage considéré désormais comme « obligatoire » par les créateurs d’entreprise.
J’ai fait les erreurs classiques : j’ai suivi une façon de faire type « projet » en grosse entreprise. Aujourd’hui, je préconise à mes clients une méthode plus agile et souple que je partage avec vous dans cet article.

Les erreurs « classiques » lorsqu’on veut créer son site internet

Croire que le site internet est indispensable pour se lancer et procrastiner sur la création du site

Il y a souvent un effet « ciseau » chez le créateur : il ne s’autorise pas à démarrer et à lancer son activité tant qu’il n’a pas créé son site internet et le projet prend beaucoup, beaucoup de temps.
Oui, cela ressemble fort à de l’auto-sabotage : « J’ai encore des peurs à me lancer donc j’ai trouvé une excuse en béton pour procrastiner. »

Le projet prend beaucoup de temps parce que :
– Je décide de créer mon site internet tout seul : j’ai opté pour une solution technique dite « simple », mais c’est compliqué et long…
o WordPress est simple, mais moins qu’une plateforme comme Wix ou … mieux encore un site avec Google Sites. Le débutant peut passer beaucoup de temps sur des « petits trucs » en voulant créer un site WordPress car il doit s’approprier la partie technique. A moins d’avoir du temps et de souhaiter développer cette compétence, mieux vaut choisir une solution plus légère ou déléguer.
– J’ai des difficultés à rédiger les textes pour le site internet. C’est d’ailleurs souvent là que le bât blesse. Le créateur d’entreprise a souvent l’impression que la partie technique est le point le plus compliqué car il n’a pas les connaissances techniques, alors que l’enjeu est plutôt sur la rédaction des textes. Il est souvent très difficile de parler de soi et de trouver les mots justes pour s’adresser à ses futurs clients.
– Je choisis inconsciemment le « mauvais » prestataire qui prend beaucoup trop de temps à créer le site et / ou avec qui la relation devient conflictuelle. Ca me coûte cher et il « plante » le site et par conséquent, mon lancement d’activité.
– Un étudiant ou un proche va créer mon site internet.
o J’ai croisé plusieurs entrepreneurs qui choisissaient des étudiants pour créer leur site internet. Le projet patinait souvent car les étudiants découvraient la technique et essaient d’appliquer ce qui a été vu à l’école… Je pense qu’il y a des fois où cela se passe bien aussi, mais on entend souvent parler des problèmes et rarement des réussites.
o Travailler avec un proche en mode « gratuit » ou en mode « prix d’ami » est souvent assez risqué. Le projet peut prendre plus de temps que prévu ou la relation peut se dégrader… jusqu’où peut-on demander à un proche de passer du temps sur la création de notre site ou de prioriser notre projet par rapport à ses clients ? si on ne le rémunère pas ou quasi pas.

Il est souvent très difficile de prendre conscience de ce type de situation car on a le nez dans le guidon et on a l’impression que “tout va bien”. C’est souvent un regard extérieur qui nous aide à prendre du recul et à sortir de l’ornière. Il suffit “seulement” d’être capable d’entendre cet avis extérieur.

Investir trop de temps et d’argent dans la création du site internet en lancement d’activité 

Lorsque vous lancez votre activité, vous avez une idée précise de ce que vous allez proposer à vos futurs clients.
Sauf que j’ai remarqué que notamment les premières années, l’entrepreneur va ajuster son offre, sa proposition parce qu’il aura testé ce qui fonctionne ou pas et parce qu’il va se positionner en recentrant son activité sur ce qu’il aime faire.
Ce travail d’ajustement et d’évolution de notre proposition est souvent constant parce que nous évoluons et de facto faisons évoluer ce que nous proposons et changeons notre façon de parler de notre activité. Nous continuons à nous former, à améliorer notre approche…
Les premières années marquent néanmoins souvent un ajustement plus sensible.
Or le site internet n’est à mon avis pas un outil de communication statique, mais au contraire un outil « vivant ». C’est pour cela que si vous choisissez de prendre un prestataire pour créer votre site internet, il est important d’avoir la main sur votre site et d’être formé pour faire les modifications que vous souhaitez.
D’autre part, il y a souvent un peu trop de mental : j’entends régulièrement des créateurs d’entreprise qui veulent avoir un site internet « à leur image » et qui vont investir beaucoup de temps sur la partie graphique.
A mon avis, en création d’entreprise, il est souvent plus pertinent de partir sur un graphisme « simple » et d’investir après quelques années dans une refonte de votre identité graphique avec l’aide d’un graphiste. Pourquoi ? car comme pour les textes, les premières années vont vous permettre d’affiner votre projet, l’identité, la griffe de ce que vous proposez.

Surdimensionner la solution technique retenue

Pour la plupart des activités (commerce physique, artisan, thérapeute…), un site avec Google Sites permet d’avoir une première vitrine : les pages classiques de présentation, une page contact avec un formulaire, un plan…. C’est une solution simple et gratuite.
Une société de création de site internet ne vous vendra pas cette solution : elle ne gagnerait rien…
Quand c’est pertinent, je la conseille à mes clients en site « définitif ». Et c’est une solution intéressante pour être déjà présent sur internet le temps de créer votre site internet définitif vous-même ou avec un prestataire.
Je vous recommande néanmoins d’investir dans un nom de domaine (url de votre barre de navigateur comme « entrepreneuse-heureuse.com ») car si demain vous basculez sur une autre solution technique, votre « adresse » de site internet sera identique.
Si vous avez prévu un budget « site internet », mieux vaut investir dans un prestataire pour la rédaction des textes et un photographe pour avoir quelques belles photos de vous.
Si vous avez un commerce physique et que vous souhaitez avoir un site de vente en ligne en plus, vous pouvez vous orienter vers des solutions comme Shopify qui permettent de créer un site rapidement et à moindre coût par rapport à un Woocommerce ou un Prestashop.
L’intérêt de ces solutions « légères » en mise en œuvre (solution légère mais solide, car des « gros » sites sont sur Shopify), c’est de tester rapidement l’e-commerce et de voir si les ventes en e-commerce sont suffisantes pour justifier l’investissement dans un site Woocommerce à plusieurs milliers d’euros.

Alors oui, vous ne ferez pas exactement tout ce que vous voulez avec Google Sites. Mais cela vous permettra de vous lancer plus rapidement et d’économiser quelques milliers d’euros qui pourront être précieux plus tard.

Je mets quand même un bémol : si vous envisagez de créer un blog, Google Sites ne sera pas adapté. Mieux vaut envisager une autre solution (WordPress avec un thème Divi par exemple, Wix…).
Google Sites ne permet pas d’intégrer de bouton Paypal. Mais pour du paiement en ligne, suivant votre projet, vous pouvez compléter avec d’autres solutions… (Appointlet pour la prise de rendez-vous en ligne avec paiement intégré, lien Paypal envoyé au client, page de vente sur système.io…)

Patauger, procrastiner et … ne pas changer de mode de fonctionnement

Si vous travaillez depuis plus de 3 mois sur votre site internet, il est temps de vous arrêter, de prendre quelques profondes respirations et de vous demander combien vous auriez gagné si vous aviez reçu des clients. Donc finalement ce que vous avez perdu comme argent.
Plutôt que de continuer à procrastiner, il peut être pertinent de vous offrir quelques heures d’une personne qui peut vous accompagner sur la rédaction des textes de votre site internet ou d’un développeur pour vous aider à finaliser votre site ou… prendre la décision de changer de solution technique !

Zoom sur la rédaction des textes de votre site

Il ne s’agit pas juste d’écrire :
– Il s’agit de vous adresser à votre futur client, de lui parler de ce que vous lui proposez de façon claire et sans être vendeur de tapis ou en mode « présentation du CV ».
– Je vous invite à identifier les mots-clés et à répondre aux requis d’une bonne rédaction web (répétition des mots-clés, texte d’au moins 300 mots, sous-titres pour structurer la lecture…).

Ce travail de rédaction des textes est aux confluences de la rédaction web (bien écrire pour le web) et du conseil/ coaching.

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » – Nicolas Boileau
J’ai remarqué que ce travail sur les textes du site internet permet aussi au client de prendre le temps de réfléchir à ce qu’il propose, de faire le tri et l’invite à réaligner son activité avec ce qu’il aime vraiment faire.
« Oh non, je ne vais pas parler de cette prestation car je n’ai plus envie de la faire »

Pour identifier les mots clés :
ubersuggest  
L’outil de planification des mots-clés de Google Ads est plus performant et permet notamment de préciser sur une zone géographique et en saisonnalité les volumes de recherche, mais il nécessite de payer des annonces Google…

Création de site internet : Les sirènes du référencement

Certains prestataires vont vous dire à quel point le référencement (être dans les premiers résultats sur Google) est hyper important. C’est aussi très coûteux si vous êtes sur des mots-clés concurrentiels.
Suivant votre secteur d’activité, un référencement local (facile et gratuit avec Google my business) et les réseaux sociaux peuvent être suffisants et plus légers à mettre en place.
Eventuellement de la publicité Google ou Facebook (suivant votre activité) s’il y a beaucoup d’autres concurrents. 

Le référencement est aussi assez long suivant la concurrence sur vos mots-clés. 

Derniers points d’attention pour la création d’un site internet

– Ne laissez pas le prestataire acheter à votre place votre nom de domaine. C’est très simple à faire (sur OVH ou un autre fournisseur), mais plus casse-pieds à transférer, surtout si votre prestataire décide de vous embêter…
– Achetez le .com et le .fr pour éviter le parasitage sur l’autre extension.
– Les photos ou vidéos réalisées et le graphisme (logo, graphisme du site internet) par un professionnel sont soumises à la réglementation du droit d’auteur. Il est indispensable que le professionnel fasse une cession formelle de ses droits d’auteur (à travers un contrat ou sur la facture). Pour les textes, le prestataire cède le droit de reproduction et de représentation pour les prestations rémunérées.
Sinon vous risquez de ne pas pouvoir utiliser sur votre site internet ou vos supports de communication les photos ou le logo que vous avez payé, voire le site internet…
Et le jour où vous décidez de changer de prestataire pour la gestion de votre site internet, le prestataire aura le droit de ne pas vous donner les codes d’accès, arguant qu’il n’y a pas eu de cession de droits… C’est un peu vicieux s’il ne vous a pas prévenu, mais légal. Et quand vous êtes professionnel, vous ne bénéficiez pas du même droit d’information et de protection qu’en tant que particulier.
« Selon l’article L 131-3 du code de la propriété intellectuelle, la transmission des droits d’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits créés fassent l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à sa durée ; »

Faîtes vos recherches sur ce point si vous ne connaissez pas.

– Mentions légales, politique de confidentialité, CGV…

Ne passez pas à côté de la pléthore d’obligations légales… 

Si vous décidez d’avoir une activité à distance comme par exemple, proposer une consultation de naturopathie par Skype, vous avez besoin de vous doter de CGV… Ce point est souvent méconnu des entrepreneurs. 

Il y a des sites qui permettent pour moins de 50 Eur d’avoir des CGV validées par un avocat (legalplace, legalstart, Captain contrat…). Faites vos recherches.
Je vous déconseille de copier les CGV de sites concurrents (car c’est du plagiat et puni par la loi). De plus, vous risquez de copier des choses pas forcément à jour des nouvelles réglementations… et de perdre beaucoup de temps.

En guise de conclusion, ayez une approche agile. Choisissez des solutions « légères » que vous pouvez modifier rapidement et sans intervention de votre prestataire.
Vous pourrez investir plus tard dans d’autres solutions.
Prenez le temps de rencontrer plusieurs prestataires.
Quand on lance son entreprise et qu’on ne connaît pas grand-chose, on peut rencontrer des personnes qui veulent nous vendre « du grand, du beau » à grand prix, alors que ce n’est pas forcément nécessaire… Réfléchissez à tête reposée avant de décider ! Et regardez mes articles / vidéos sur les tests musculaires pour solliciter votre intuition dans vos choix !

Tous mes vœux de succès pour votre nouvelle activité !

%d bloggers like this: